Fabrication du vélo en bambou

Mon vélo en bambou a été fabriqué avec un artisan à Brest qui a fondé Breizh Bambou Bike. Il m’a conseillé et fourni tout le matériel et les outils nécessaire lors d’un stage durant lequel j’ai réalisé les étapes de fabrication du cadre en bambou.
Ces étapes sont :
– Trouver la géométrie du vélo
Pour le fabriquer à ma taille grâce à la prise de mes mensurations et en cherchant un vélo « idéal » qui inspirera la conception du futur vélo.
– Découper les bambous à la bonne taille et au bon angle
Pour qu’ils reposent bien les un sur les autres en force, grâce une scie cloche.
– Coller ces bambous entre eux
Pour qu’ils ne bougent plu par la suite et restent exactement à leur bonne place, grâce à un cadre de construction.
– Poser les joints congés
Pour arrondir les angles pour permettre aux bandes de lin de bien adhérer au support, grâce à une résine époxyde alourdie de poudre de bois.
– Poser les bandes de lin imbibées de résine époxyde
Pour lier les tubes entre eux en croisant au maximums les bandes entres elles grâce à des bandes de textile de lin et de la résine époxydes fluide.
– Poser les bandes de lin imbibées de résine époxyde
Pour lier les tubes entre eux en croisant au maximums les bandes entres elles grâce à des bandes de textile de lin et de la résine époxydes fluide.
– Vernir le cadre
Pour le protéger de l’humidité et lui donner un belle aspect brillant, grâce au vernis marin « Le tonkinoi ».
Entre les 3 étapes de collage le cadre passe en étuve
Pour que la résine prenne bien, grâce à 6 planches de polystyrène et une lampe à incandescence
Les végétaux qui entre dans la fabrication du cadre sont :
Pour les tubes du cadre, des bambous , mon artisan en utilise plusieurs espèces. Les espèces les plus probablement utilisées font partie du Genre Phyllostachys. Ici nous avons principalement utilisé Phyllostachys iridescens. Les bambous sont cultivés dans le jardin exotique de Saint-Renan à 13 kilomètres de Brest.
Le Genre Phyllostachys regroupe la plupart des espèces cultivées en Europe, il est originaire du nord de la vallée du Yang-Tsé au climat continental. Son nom vient du grec ancien Phyllos φύλλον, phýllon qui veut dire « la feuille » et de stachys du grec stachus Στάχυς, qui signifie épi. En effet, sa silhouette donne l’impression d’épi lâche de feuille. Les caractéristiques de ce genre sont la présence d’un sillon ou sulcus nettement marqué sur entre-nœud au dessus d’un départ de branche. Ce sillon se retrouve sur l’entre-nœud des branches et des rhizomes.
Dans la fabrication du vélo nous avons utilisé une partie du chaume portant les feuilles et ce sillon. Ce sillon ou sulcus est placé vers l’intérieur du cadre de manière à bénéficier de la zone plus « plate » qu’il crée pour laisser de la place à la roue.
Pour les liens entre les tubes, le lin Linum usitatissimum est utilisé par Thomas de Breizh bambou Bike. Nous aurions pu choisir d’autres fibres telle que le chanvre ou la fibre de carbone. Le lin était très cultivé au paravent chez moi au fond de la rade de Brest et des bateaux pleins d’étoupes partaient à marée haute du port de Daoulas. Selon l’association DOURDON, les semences de ce lin étaient multipliées au Pays Baltes et arrivaient en Bretagne par le port de Roscoff. Car, dit-on, les semences de lin ne pouvaient pas être utilisées (resemé) plus de trois années de suites sans risque de perte de rendement. Jusque 1368 tonnes de graines ont été débarquées à Roscoff en 1775. J’en emporterai pour ma part quelques grammes à échanger avec des paysans d’ailleurs. Le lin textile est aujourd’hui principalement cultivé en Haute Normandie.
Pour le vernis, c’est le lin Linum usitatissimum et l’arbre Vernicia fordii qui le compose. Le lin qui donne cette huile a été sélectionné pour avoir des graines plus volumineuses et riches en huile. Il proviens sûrement de chine qui est le deuxième producteur mondial de lin oléagineux. Région d’où vient également, l’autre végétale qui compose cette huile, l’arbre Vernica fordii.
Vernica fordii ou tung tree est originaire du sud de la Chine, de la Birmanie et du nord du Vietnam.
Il est nommé localement , tóng tungoil tree (油桐). C’est un arbre de la famille des Euphorbiacées bien plus imposant que nos Euphorbiacée herbacées, il peut mesuré jusque 20 metre de hauteur. Ses fruits de 3 à 5 cm de diamètre contiennent 5 graines riches en huile et coumarine.
Mon vélo fabriqué à Brest doit donc beaucoup à la Chine. Je tâcherai d’aller rencontrer les végétaux qui le compose in-situ.
Le départ est prévus à la fin du mois,
Mathieu